Le Bichon Maltais

Pour en savoir plus sur ce merveilleux petit chien...

Historique
Le Standard
Le Club de Race

Historique

Le petit chien maltais a des origines très anciennes, c'est une des plus vieilles races connues.
Les Pharaons le chérissaient déjà, paraît-il, et on retrouve ses traces en Egypte et en Grèce vers 350 à 450 ans avant J.C. Aristote en parle et Timon décrit les petits chiens blancs à longue robe soyeuse qui accompagnaient les Sybarites au bain.
Leur apparition en Italie remonte à Claudius dont ils furent les favoris. Au premier siècle avant J.C., ils auraient suivi la route de la soie et auraient servi comme monnaie d'échange ou comme présent dans des missions diplomatiques. Ils ont certainement été utilisés pour des croisements avec des chiens tibétains.

L'Ile de Malte et la petite ville sicilienne de Melita ne furent, au début, qu'un lieu de passage où se faisaient les transactions sur ces chiens. Ce n'est qu'en 1805 qu'est mentionné pour la première fois l'élevage de ce petit chien dans l'île par M. Louis de Boisgelin dans son livre.

"Ancien et Modern Malta". Au cours des siècles, nous retrouvons sa petite silhouette et son adorable minois dans diverses ouvres d'art : poteries égyptiennes, grecques, tapisseries et tableaux, ce qui nous donne la mesure de la faveur universelle dont il fut l'objet particulièrement au XV ème et XVI èmes siècles.

En France, il figure dans la célèbre tapisserie de la Dame à la Licorne.
Ecole italienne : Lorenzo Costa - Ecole flamande : Breughel et Memling - Ecole allemande : Dürer - Ecole hollandaise : Van des Venne - Ecole espagnole : Goya.
En Angleterre, son introduction est située en 1520 sous le règne d'Henry VII.

On pense que Mary Stuart en avait importé de Lyon et qu'ils furent ses compagnons jusqu'à son supplice.

La Reine Victoria en a possédé un.

Depuis une centaine d'années, les éleveurs dans le monde entier se sont attachés à l'élevage du Maltais, s'efforçant de lui rendre ses caractéristiques : sa jolie robe soyeuse et droite, sa pigmentation, sa petite taille et son adorable caractère. Il n'est ni bagarreur, ni turbulent, ni criard.

Le Standard

Standard F.C.I. N°65 / 06.04.1998 / F

BICHON MALTAIS (Maltese)

TRADUCTION :

Dr.J.-M. Paschoud et Prof. R. Triquet.

ORIGINE :

Bassin de la Méditerranée Centrale.

PATRONAGE :

Italie.

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR :

27.11.1989.

UTILISATION :

Chien d'agrément et de compagnie.

CLASSIFICATION F.C.I. :

Groupe 9 Chiens d'agrément et de compagnie.
Section 1 Bichons et apparentés.
Sans épreuve de travail.

BREF APERCU HISTORIQUE :

Son nom ne signifie pas qu'il est originaire de l'île de Malte, car l'adjectif "maltais" provient du vocable sémitique "màlat" qui veut dire refuge ou port; cette racine sémitique se retrouve dans toute une série de noms de lieux maritimes comme p. ex. dans le nom de l'île adriatique de Méléda, dans celui de la ville sicilienne de Melita et justement aussi dans celui de l'île de Malte. Les ancêtres de ces petits chiens vivaient dans les ports ou les villes maritimes de la Méditerranée Centrale, où ils combattaient les souris et les rats qui pullulaient dans les magasins portuaires et dans les cales des bateaux. Dans sa nomenclature des chiens existants à l'époque, Aristote ( 384-322 A.C.) fait place à une race de petits chiens auxquels il attribue le nom de "canes melitenses". Ce chien était connu dans la Rome antique : compagnon préféré des matrones, il a été chanté par Strabon, poète latin du 1er siècle P.C. Des représentations du Bichon Maltais par de nombreux peintres de la Renaissance montrent ce petit chien dans les salons de l'époque aux côtés de belles dames du temps.

ASPECT GENERAL :

De petit format, avec un tronc allongé. Couvert d'un poil très long et blanc, il est très élégant et a un port de tête fier et distingué.

PROPORTIONS IMPORTANTES :

La longueur du tronc dépasse d'environ 38% la hauteur au garrot. La longueur de la tête est égale aux 6/11 de la hauteur au garrot.

COMPORTEMENT / CARACTERE :

Vif, affectueux, très docile, très intelligent.

TETE :

Sa longueur est égale aux 6/11 de la hauteur au garrot. Elle est plutôt large, sa largeur dépassant de peu la moitié de sa longueur.

REGION CRANIENNE :

Crâne : Il est de longueur légèrement supérieure à celle du museau; la largeur bizygomatique est égale à sa longueur et par conséquent supérieur à la moitié de la longueur de la tête. Dans le sens sagittal, elle est de forme très légèrement ovoïde. La partie supérieure du crâne est plate, avec une apophyse occipitale très marquée; les saillies des os du front et les arcades sourcilières sont bien développées; le sillon frontal, étant peu marqué, est invisible; les parois latérales sont un peu convexes.

Stop : Dépression naso-frontale très marquée faisant un angle de 90°.

REGION FACIALE :

Truffe : Dans le prolongement du chanfrein, vue de profil, sa face antérieure est verticale. Volumineuse, avec des narines ouvertes, elle est arrondie et rigoureusement pigmentée de noir.

Museau : La longueur du museau est égale aux 4/11 de la longueur de la tête; elle est donc un peu inférieure à sa moitié. Les régions sousorbitaires sont bien ciselées. Sa hauteur est d'un peu plus de 20% inférieure à la longueur. Les faces latérales sont parallèles, mais le museau, vu de face, ne doit pas paraître carré vu que la face antérieure se raccorde par des courbes aux faces latérales. Le chanfrein est rectiligne avec des sillons bien marqués dans sa partie centrale.

Lèvres : Vues de face, les lèvres supérieures, à leur jonction, ont la forme d'un arc très ouvert. Elles sont peu développées en hauteur et le repli labial (oeillet) de la commissure n'est pas visible. Les lèvres supérieures s'adaptent parfaitement aux inférieures, de telle sorte que le profil inférieur du museau est défini par la mandibule. Les bords des lèvres sont rigoureusement pigmentés de noir.

Mâchoires : Normalement développées et d'apparence légère, elles s'adaptent parfaitement. La mandibule, dont les branches sont rectilignes, n'est ni proéminente ni fuyante dans sa partie antérieure.

Dents : Les arcades dentaires s'adaptent parfaitement et les incisives s'articulent en ciseaux. Les dents sont blanches; le denture est bien développée et complète.

Yeux : Ouverts, d'une expression vive et attentive, de grandeur supérieure à la normale, ils ont une ouverture palpébrale proche du cercle. Les paupières sont bien en contact avec le globe oculaire qui n'est jamais enfoncé, mais plutôt à fleur de tête, quelque peu saillant. Les yeux sont situés sur un même plan frontal. Vus de face, ils ne doivent pas laisser entrevoir la sclère; ils sont de couleur ocre foncé; les bords des paupières sont noirs.

Oreilles : De forme presque triangulaire, leur largeur représente environ 1/3 de leur longueur. Elles sont attachées haut au-dessus de l'arcade zygomatique, peu érectiles, tombantes, et en contact avec les parois latérales du crâne.

COU :

Bien qu'il soir recouvert d'un poil abondant, la démarcation avec la nuque est bien visible. Le profil supérieur est arqué. Sa longueur est d'environ la moitié de la hauteur au garrot. Il est porté dressé et ne présente pas de peau lâche.

CORPS :

La longueur du corps, mesurée de la pointe de l'épaule à la pointe de la fesse, dépasse de 38% la hauteur au garrot.

Ligne du dessus : Elle est rectiligne jusqu'à l'attache de la queue.

Garrot : Garrot légèrement sorti de la ligne du dos.

Dos : Sa longueur est d'environ 65% de la hauteur au garrot.

Croupe : Dans le prolongement de la ligne dorso-lombaire, la croupe est très large et longue ; son obliquité est de 10° sous l'horizontale.

Poitrine : Région sternale très longue. Le thorax est ample, descendu plus bas que le niveau des coudes, avec des côtes pas très fortement cerclées. Le périmètre thoracique dépasse de 2/3 la hauteur au garrot.

QUEUE :

Attachée dans la prolongation de la croupe, elle est grosse à sa racine et fine à sa pointe. Sa longueur correspond à environ 60% de la hauteur au garrot. Elle forme une seule grande courbe, dont la pointe retombe entre les hanches en touchant la croupe. On tolère une queue recourbée sur un côté du tronc.

MEMBRES

MEMBRES ANTERIEURS :

Considérés dans leur ensemble, ils sont bien appliqués au tronc et bien d'aplomb.

Epaule : Sa longueur représente 1/3 de la hauteur au garrot et son obliquité sous l'horizontale est de 60° à 65°. Par rapport au plan médian du tronc, elle approche de la verticale.

Bras : Plus long que l'épaule, il mesure 40 à 45% de la hauteur au garrot; l'obliquité sous l'horizontale est de 70°. Il est bien appliqué contre le tronc dans ses deux tiers supérieurs, et sa direction longitudinale est presque parallèle au plan médian du tronc.

Coudes : Parallèles au plan médian du tronc.

Avant-bras : Il est sec avec peu de muscles visibles, mais avec une ossature plutôt robuste par rapport au format de la race. Il est moins long que le bras et mesure 33% de la hauteur au garrot. La hauteur, mesurée du sol à la pointe du coude, est égale à environ 55% de la hauteur au garrot.

Carpe : Dans l'axe vertical de l'avant-bras, bien mobile, sans nodosités ; il est couvert d'une peau fine.

Métacarpe : Il a les mêmes caractéristiques que le carpe et, du fait de son peu de longueur, il est vertical.

Pied antérieur : Rond, avec des doigts bien joints et arqués; le coussinet central et les tubercules digités sont noirs; les ongles sont également noirs ou au moins de couleur foncée.

MEMBRES POSTERIEURS :

Vus dans leur ensemble, d'une ossature robuste, ils sont parallèles entre eux et, vus de derrière, verticaux de la pointe des fesses jusqu'au sol.

Cuisse : Pourvues de muscles robustes, son bord postérieur est convexe. Parallèle au plan médian du tronc, sa direction de haut en bas et d'arrière en avant est quelque peu oblique par rapport à la verticale. Sa longueur approche 40% de la hauteur au garrot et sa largeur est un peu inférieure à sa longueur.

Jambe : Avec une gouttière peu visible, son obliquité sous l'horizontale est de 55°. Elle est légèrement plus longue que la cuisse.

Jarret : L'angle antérieur du jarret est de 140°.

Métatarse : La distance du sol à la pointe de l'articulation tibio-tarsienne est légèrement supérieure au 1/3 de la hauteur au garrot. Sa longueur correspond à la hauteur au garrot. Il est parfaitement d'aplomb.

Pied postérieur : Rond comme l'antérieur, dont il a toutes les caractéristiques.

ALLURES :

Unies, rasantes, dégagées, avec au trot des foulées courtes et rapides.

PEAU :

Bien appliquée sur tout le corps, elle est pigmentée de taches sombres et de couleur rouge vineux, spécialement sur le dos. Les bords des paupières, les troisièmes paupières et les bords des lèvres sont noirs.

ROBE

POIL : Dense, luisant, brillant, tombant lourdement et de texture soyeuse, il est très long sur tout le corps et reste droit sur toute sa longueur sans traces d'ondulations ou de boucles. Sur le tronc, il doit dépasser en longueur la hauteur au garrot et retomber lourdement sur le sol, comme une cape bien posée sur le tronc dont elle suit le modèle sans s'ouvrir ni former flocons ou mèches. Flocons et mèches sont admis sur les membres antérieurs, du coude jusqu'au pied, et, sur les membres postérieurs, du grasset au pied. Il n'y a pas de sous-poil. Sur la tête, le poil est très long, aussi bien sur le chanfrein, où il se confond avec celui de la barbe, que sur le crâne, d'où il tombe jusqu'à se confondre avec celui des oreilles. Sur la queue, les poils retombent d'un seul côté du tronc, c'est-à-dire sur le flanc et sur la cuisse, et ils ont une longueur telle qu'ils atteignent le jarret.

COULEUR : Blanc pur; on admet une teinte ivoire pâle. Des traces de nuances orange pâle, à condition qu'elles donnent l'impression de poils souillés, sont tolérées, mais non désirées, et constituent donc une imperfection.

TAILLE ET POIDS :

Hauteur au garrot :pour les mâles de 21 à 25 cm,
pour les femelles de 20 à 23 cm.

Poids : De 3 à 4 kg.

DEFAUTS :

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

DEFAUTS GRAVES :

DEFAUTS ELIMINATOIRES :

N.B. :

Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Télécharger le Standard du Bichon maltais au format PDF

Haut de Page Haut de Page Haut de Page

Le Club de Race

Pour tout savoir sur la grande famille des Bichons : Club des Bichons et Petits Chiens Lions.

Attention, à ne pas confondre tous ces Bichons, chacun appartient à une Race différente, et a ses caracteristiques propres.

Haut de Page Haut de Page Haut de Page

Le Bichon Maltais

Elevage d'Abcia d'Or © 2009-2018 - Tous Droits Réservés - Contactez-Nous - Mentions Légales & Crédits - Liens